• Concorde

    Ce n'est pas moi qui fais le paon,

    Non, pas moi, mais la Grande Roue...

    L'Obélisque, ce sacripant,

    Se mue en aiguille et me troue...

    Ainsi soit-il !

     

    Concorde,

    Où le métro m'oublie, et toi,

    Bien trop loin, pourtant... Rien que toi,

    Auprès de moi.

     

    Concorde,

    Sous le ciel de Paris... Ce soir,

    Ton souvenir vient me revoir ;

    Dois-je m'asseoir

    Et regarder mon cœur pleuvoir ?

     

    Les airs populaires d'antan

    Envoient valser leurs vieilles notes...

    Demain n'était qu'un charlatan,

    Hier se morfond dans ses grottes...

    Ainsi soit-il !

     

    Concorde,

    Toujours à mille à l'heure, et toi,

    Au bord de mes yeux... Rien que toi,

    Partout en moi...

     

    Concorde,

    Où les lumières s'éteindront

    Quand les ors du jour brilleront ;

    Elles prendront

    Tout de mon cœur qui tourne en rond.

     10696

    « Réaumur-SébastopolHervé rêveur »