• De la lumière à tout prix

    Farder de rose le ciel,

    Si l'aube naît dans la brume,

    Penser : « c'est artificiel,

    Mais, bien mieux que l'amertume ! »

     

    Azurer le fond du jour,

    Si l'automne fait des siennes,

    Refleurir tonnelle et cour,

    Ouvrir toutes les persiennes...

     

    Mettre de l'or au zénith,

    Si midi reste maussade,

    Remédier au déficit

    De lustre sur la façade...

     

    Jeter l'ambre sur le lac,

    Si l'après-midi se trouble,

    Badigeonner le hamac

    D'abricot – l'été redouble...

     

    Ajouter du vermillon,

    Si le crépuscule est terne,

    Figer l'ultime rayon

    Dans l'éclat d'une lanterne...

     

    Laisser de côté le noir,

    S'il réveille les vampires,

    Ou, poudrer le front du soir

    D'un nuage de lampyres...

     

    Apprécier la nuit en blanc,

    Si Morphée a mis les voiles,

    Enfin, prendre assez d'élan

    Pour l'envol vers les étoiles...

     

    * * *

     

    Se convaincre qu'il fait beau,

    Quitte à peindre un tel mensonge

    Sur la toile d'un tableau,

    Au sein duquel on s'allonge.

     10195

    « DéculottéeNos amours capitales »