• Derniers jours d'été

    S'il reste encore un peu d'été

    À croquer aux jours de septembre,

    Si Phébus n'a pas arrêté

    D'orner le verger d'or et d'ambre,

    De mûrir les tout derniers fruits

    Du pêcher, de ravir les roses,

    Qui s'entourent déjà des bruits

    Prédisant les heures moroses

    Que l'on verra bientôt traîner

    Sous un ciel prompt à crachiner,

     

    Si les hirondelles joyeuses

    Sont encore à tourbillonner,

    Si les cigales insoucieuses

    N'ont pas cessé de chantonner,

    De bercer nos siestes câlines

    À l'ombre de l'août finissant,

    Nos dernières siestes câlines

    Avant le train retentissant

    De l'agitation orchestrée

    Par les sifflets de la rentrée,

     

    Nous n'avons plus beaucoup de temps

    Pour l'indolence et la paresse,

    Nous n'avons plus beaucoup de temps

    Pour un dernier verre d'ivresse,

    Pour un dernier goût de rosé

    Sur les papilles des vacances ;

    Quand l'avion se sera posé

    Au milieu des grandiloquences

    D'un soir enveloppé de gris,

    Nous n'aurons que l'eau de Paris,

     

    Alors, buvons, sans retenue,

    Ce qu'il nous reste de l'été,

    Dont la brillance s'atténue,

    Avant qu'il n'ait périclité !

    12567

    « La petite crique »