• Filles du Calvaire

    Et Pierrot demande à la lune

    D'éclairer son pas englué

    Par cette visqueuse ombre brune

    Qui lui colle à la peau du cœur...

     

    Est-il encore âme qui vive ?

    Le quartier semble dilué

    Dans une langueur adhésive

    Au goût d'une amère liqueur...

     

    Est-ce ici, la ville lumière ?

    D'où viennent ces soleils obscurs

    Qui l'ont changée en légumière

    Jusqu'au plus profond de ses murs ?

    Le Cirque d'Hiver fait la moue,

    Le Clown Bar croule sous la boue...

     

    Un fantôme, rue Amelot,

    Au rire couvert d'un voile ample,

    Noir comme un sinistre complot,

    Remonte depuis la Bastille...

     

    Il pleut de la suie et du plomb

    Le long du boulevard du Temple

    Qu'on dirait un étroit côlon

    Où Pierrot titube et boitille...

     

    Qu'est donc devenu son Paris

    Rose comme une primevère ?

    Les amours, les jupons fleuris,

    Au métro Filles du Calvaire,

    Gisent là, dans un rêve vain,

    Morts d'un excès de mauvais vin.

    10916

    « Eusébie wasabiÉtretat »