• Hilarion Clampin

    Hilarion Clampin

     

     

    Hilarion Clampin

    Dore du mauvais pain.

    Il est à Sainte-Miche

    L'ami d'une godiche,

    Lui, piètre boulanger

    Qu'on ne va plus changer.

     

    Et ladite godiche,

    Rassise de la miche,

    S'encroûte allègrement

    La mie, en déprimant

    Au fond de la boutique

    Que personne n'astique.

     

    Hilarion Clampin

    Traîne et sent le sapin,

    Faible de la baguette,

    Rouillé de la braguette,

    Lui, piètre boulanger

    Qu'on ne va plus changer.

     

    Sa godiche d'Huguette,

    Rarement en goguette,

    Vrai tonneau sur poteaux,

    S'empiffre de gâteaux

    Au fond de la boutique

    Que personne n'astique.

     

    Hilarion Clampin,

    Qui n'a aucun copain,

    Gagne à la loterie...

    Le maire, en sa mairie,

    Dit : piètre boulanger

    Qu'on ne va plus changer,

    Quoique, par Sainte-Miche,

    Bon pigeon gras et riche...

    Je vais l'avoir !

    Je vais l'avoir !

     

    C'est alors que l'Huguette,

    D'ordinaire longuette

    À la comprenette, a

    Su flairer la cata ;

    Du fond de la boutique,

    Que personne n'astique,

    Elle a crié : partons

    Vite avec tes biftons,

    Pour l'Amérique !

    Ah... l'Amérique...

     

    Et l'hilare Clampin,

    Jetant son mauvais pain,

    De répondre : peuchère,

    Ne rêve pas, très chère !

    Il part, ton boulanger,

    Mais sans toi, pour changer !

    12227

    « Le plus beau des pays du mondeL'air du temps »