• Il est revenu

    J'ai remis ma vie à sa place,

    Dans son grand désordre ordonné.

    Il est revenu, m'a sonné

    Les cloches, m'a rempli la tasse

    À nouveau de tout ce qu'il est...

     

    J'ai redéployé chaque chose

    Hors de ces sentiers bien tracés,

    Trop droits, trop nets, trop compassés,

    Pavés de blanc et de vieux-rose ;

    La dragée ou le petit-lait,

    Le fil sans vices sur l'ourlet,

    J'en ai eu ma dose !

     

    Car l'extrême tranquillité,

    L'excédent de moralité,

    Cousus sur la docilité,

    Manquent de sensualité,

     

    J'ai remis ma vie à sa place,

    Où le feu ne connaît pas l'eau ;

    Il est revenu au galop,

    Mon naturel, vif et tenace,

    Et je l'aimerai tel qu'il est.

    12547

    « Quand j'étais poèteLe clown et l'ivrogne »