• J'entends bien

    J'entends bien que tu me le jures

    Aussi souvent que je le veux ;

    Est-ce tiré par les cheveux,

    Ou la plus folle des gageures ?

     

    D'où me vient donc ce sentiment

    Que tu ne m'aimes plus vraiment ?

     

    Les heures s'en vont, le temps passe,

    Comme sous le Pont Mirabeau,

    De jour-colombe à nuit-corbeau,

    L'eau s'écoule, envahit l'espace.

     

    D'où me vient donc ce sentiment

    Que l'ennui te boit lentement ?

     

    J'entends bien, tu me dis « je t'aime »,

    Mais ton regard se perd ailleurs,

    De quoi me donner des frayeurs,

    Me perturber tout le système !

     

    D'où me vient donc ce sentiment

    De ton cerveau paranoïaque ! »)

    Que chacun de tes mots me ment ?

    Pauvre cœur hypocondriaque ! »)

     10616

    « Rien à perdreLaissez Baptiste vous croquer ! »

  • Commentaires

    1
    Dimanche 10 Janvier 2016 à 18:53

    une chose qui ne peut s'expliquer

      • Lundi 11 Janvier 2016 à 06:39

        Bonjour Flipperine, c'est vrai qu'on ne peut pas tout expliquer, et quand il s'agit d'amour, bien des choses nous échappent... 

        Bonne journée, merci.

        FP

    2
    Dimanche 10 Janvier 2016 à 19:05

    Bonsoir Fabrice...  Aïe pas de fumée sans feu, y a t'il anguille sous roche ailleurs, parfois il arrive qu'on se fasse tout un cinéma pour un soupir, un regard, un geste... ah l'amour est chose bien complexe quand on aime une personne de tout son être et la peur de le/la perdre, le coeur a ses raisons que la raison ignore, bonne soirée, bises

      • Lundi 11 Janvier 2016 à 06:41

        Bonjour Jill, je crois surtout que d'être suspicieux(se) à ce point révèle une forme d'anxiété permanente, voire de jalousie maladive. Mais oui, c'est compliqué et complexe l'amour, mais les êtres le sont encore plus !!! Comme tu dis, le cœur a ses raisons... 

        Merci, bon début de semaine, bises.

        FP

    3
    Dimanche 10 Janvier 2016 à 20:33
    Ah la jalousie ... que serait-ce d'autre ? Fais la rire, surprend la, et jouis du temps présent ... n'est-elle pas là tout près de toi ? Alors profites en !
    Amitié .
      • Lundi 11 Janvier 2016 à 06:43

        Eh oui, Marie-Claude, je crois bien que ça s'appelle la jalousie, cette maladie-là ! À petite dose, ça peut stimuler, quand ça dépasse une certaine limite, ça devient carrément lourd, voire ça révèle la peur d'être abandonné(e), ou de l'égoïsme, ou une drôle de façon d'aimer, quoi qu'il en soit... 

        Bonne journée à toi, merci. 

        Amicalement.

        FP

    4
    Dimanche 10 Janvier 2016 à 23:44

    Serit ce de la sagesse ou de la prémonition....? A mon avis,beaucoup de regret dans le texte et quelque part une certaine incredulité dans l'affirmation qui à du mal a être acceptée.

      • Lundi 11 Janvier 2016 à 06:45

        Oui, parfois les mots peuvent aussi manquer de sincérité... Un "je t'aime" peut ne pas échapper à la règle... Mais quand même, flipper à ce point, ça doit être épuisant, et pourtant, ce sont bien quelques exemples réels qui m'ont inspiré ce texte, comme quoi...

        Merci François. Bon lundi.

        FP

    5
    Lundi 11 Janvier 2016 à 06:38

    Lorsque le doute s'installe, jalousie? Ou doute que l'autre fasse comme soit? Ou amour maladif, besoins de se faire souffrir. On peut tout imaginer, mais je préfère l'amour confiant ou on est sur de l'autre comme de soit même

    Amicalement

    Claude

      • Lundi 11 Janvier 2016 à 06:47

        De toute façon, Claude, et tu le sais autant (si ce n'est mieux) que moi, la confiance est la base de toute relation, que ce soit en amour, en amitié, entre collègues, en famille... Sans confiance, rien ne peut être construit durablement, solidement.

        Merci de ta visite, excellente journée à toi.

        Amicalement,

        FP

    6
    Lundi 11 Janvier 2016 à 07:00

     

    bien sûr qu'il y à du café

    Senséo toujours branchée

    et je suis prête à le partager

    bise

      • Lundi 11 Janvier 2016 à 07:07

        Ah ben oui, suis-je bête ! J'avais mal lu le titre ! C'est ce qui arrive quand j'ai pas mon café matinal, je peine à me réveiller totalement hahaha... Alors, coffee for me, please. Merci. Bon lundi. Bises.

        FP

    7
    Lundi 11 Janvier 2016 à 08:45

    Un mélange d'intuition et de sensibilité exacerbée. L'amour désire toujours plus et peut devenir tyrannique si l'un des deux (ou les deux) ne règle(nt) pas leurs problèmes existentiels.

      • Lundi 11 Janvier 2016 à 18:01

        En fait, Lily, ça m'interpelle quand tu écris "l'amour désire toujours plus"... Car, dans mon idée, aimer, ce serait plutôt donner sans compter, donner sans retour, et surtout, aimer c'est quelque chose qu'on ne maîtrise pas, je veux dire qu'on ne peux pas se dire : "tiens, je vais l'aimer comme ci, comme ça...", "tiens, je vais l'aimer un peu, beaucoup...". Ce n'est pas un calcul. Quand on commence à douter de l'autre, à penser qu'il/elle n'aime pas comme il faudrait, pas assez, pas sérieusement... n'entre-t-on pas déjà dans l'hyper-jalousie, dans le manque de confiance en l'autre (et manque de confiance n'est pas aimer), dans la tyrannie des sentiments, comme tu dis ?

        Merci à toi, bonne soirée. Bises.

        FP

    8
    Lundi 11 Janvier 2016 à 11:22

    merci de m'avoir répondu sur le blog du Penseur du jour

    je vais m'inscrire à votre newletter

    douce journée

    danielle

      • Lundi 11 Janvier 2016 à 18:06

        Bonsoir Danielle. Le texte auquel vous faites référence (et les commentaires que j'y ai laissés) traite d'un sujet qui me remue personnellement... J'espère ne pas avoir été trop inconvenant dans ma manière de m'y exprimer, j'ai souvent tendance à me laisser déborder par mes émotions et me prendre au jeu des passions, qui peut donner le sentiment que j'attaque lorsque je donne un simple point de vue yes Mais j'aime bien quand les blogs peuvent permettre les échanges, s'ils sont fructueux, intéressants, nécessaires et surtout, libres. 

        Merci à vous. Douce soirée de même.

        FP

      • Lundi 11 Janvier 2016 à 18:52

        Vous vous exprimez très bien Fabrice, tout l'inverse de moi.

        J'aime vous lire .

    9
    Lundi 11 Janvier 2016 à 11:55

    coucou

      hihi elle est parano c'est ce qu'on dit lol quand l'autre ne nous écoute plus!!

     j'aime bien tes écrits!! ça mijote dans le cerveau

     moi ce matin je suis embrumée, je crois que mes connexions sont paranos aussi  lol

     bon lundi

     bisous

      • Lundi 11 Janvier 2016 à 18:09

        Coucou Fruita ! Oui, elle est parano, c'est sûr ! lol... Et je suis sensible au fait que tu aies dit "elle", parce qu'en effet, j'ai écrit ce texte à la 1ére personne (comme je le fais souvent) mais en pensant bien à une "elle" et en lui mettant les mots dans la bouche hahaha... 

        J'espère pour toi que la brume s'est dissipée depuis ce matin, que ton lundi ne s'est pas cogné partout en avançant à tâtons !!! Bises, bonne soirée.

        FP

      • Lundi 11 Janvier 2016 à 18:27

        Est-ce normal, Fruita, quand je clique sur ton pseudo, que j'atterrisse sur une page vierge ? sarcastic

    10
    Lundi 11 Janvier 2016 à 12:22

    confiance en soi, confiance en l'autre, ainsi va la belle vie.

    Grenoble te salue et te demande: "Pourquoi donc as-tu choisi Paris, Monsieur Parisy?"    sarcastic

      • Lundi 11 Janvier 2016 à 18:12

        Je suis totalement d'accord, jamadrou ! Sans confiance, aucune relation avec qui que ce soit ne peut tenir... 

        (Et je salue Grenoble, bien affectueusement. Paris, c'est toute une histoire - oserai-je dire d'amour ?)

        Belle soirée, merci.

        FP

    11
    Lundi 11 Janvier 2016 à 13:36

    Bonjour Fabrice,

    Beaucoup de mélancolie dans ton poème, de doutes, de mal être, d'interrogations et bravo de pouvoir crier cette souffrance poétiquement car je sais que ce n'est pas toujours facile de faire passer un message de douleur en respectant la prosodie....

    On ne peut obliger quelqu'un à rester contre son envie, son bon vouloir, son plaisir d'être là sinon il gâche sa vie comme celui qui l'oblige gâche la sienne...

    Personne ne sort indemne du doute et de la perte de confiance, quand les questions sont là, il est déjà trop tard!!!!

    Ton pont Mirabeau m'a guidée sous celui d'Apollinaire

    Sous le pont Mirabeau

    Sous le pont Mirabeau coule la Seine
    Et nos amours
    Faut-il qu'il m'en souvienne
    La joie venait toujours après la peine.

    Vienne la nuit sonne l'heure
    Les jours s'en vont je demeure

    Les mains dans les mains restons face à face
    Tandis que sous
    Le pont de nos bras passe
    Des éternels regards l'onde si lasse

    Vienne la nuit sonne l'heure
    Les jours s'en vont je demeure

    L'amour s'en va comme cette eau courante
    L'amour s'en va
    Comme la vie est lente
    Et comme l'Espérance est violente

    Vienne la nuit sonne l'heure
    Les jours s'en vont je demeure

    Passent les jours et passent les semaines
    Ni temps passé 
    Ni les amours reviennent
    Sous le pont Mirabeau coule la Seine 

    G.Apollinaire

    J'espère que le chemin du doute et de l'incertitude finira par déboucher sur une clairière inondée de bonheur malgré ton coeur hypocondriaque!!!! sourire

    Bises Fabrice 

      • Lundi 11 Janvier 2016 à 18:21

        Bonsoir Patricia, et d'abord, merci d'avoir rappelé Apollinaire. Chaque fois qu'il est question du Pont Mirabeau, je ne peux faire autrement que penser à ce poème. Quand j'étais ado, au piano qu'il y avait chez mes parents, je lui avais collé une mélodie, j'en avais fait une chanson...

        Pour ce qui est du texte (que tu viens de commenter), ne t'inquiète pas, il n'est pas autobiographique. Bien sûr, je me suis forcément un peu servi de ce que j'ai moi-même connu, le doute est une chose qui nous traverse tous à un moment donné. Les interrogations sur l'amour de l'autre, sûrement aussi.

        Merci de ton attention, et de ta présence. Bises.

        FP

    12
    Lundi 11 Janvier 2016 à 15:25

    Amoureux, nous sommes souvent dans l'exigence de l'autre, affolés pour un regard absent, un mot pourtant d'amour, dit machinalement et danger,c'est là que le beau film peut parfois s'enrayer.


    Belle après-midi sans soucis!


     

      • Lundi 11 Janvier 2016 à 18:24

        L'amour est fragile, car l'amour est à réinventer sans cesse... Même s'il repose au départ sur une base solide. Rien n'empêche un coup de vent d'en faire tomber la construction. Est-ce pour cela que nous finissons un jour par nourrir des peurs quand on a l'impression que l'autre regarde ailleurs ? 

        Merci Balaline, l'après-midi fut ma foi ordinaire, mais pas mauvais. En tout cas, sans souci particulier. Bonne soirée à toi.

        FP

    13
    Mardi 12 Janvier 2016 à 02:16

    Bonjour Fabrice

    dire je t'aime n'est pas nécessaire, prouvé son amour c'est mieux.....chaque jour

    Je te souhaite un très bon mardi

    Nos amitiés bises

    Qing&René

      • Mardi 12 Janvier 2016 à 07:33

        Bonjour René... Ah, je suis obligé de te contredire, ne partageant pas tout à fait ta vision des choses wink2 Au contraire, je crois que non seulement c'est nécessaire mais également primordial de DIRE son amour, donc de dire "Je t'aime", et n'en déplaise, je ne trouve pas du tout que ces trois petits mots perdent du sens parce qu'on les prononce trop, s'ils sont mus par la sincérité, rien de plus beau, à mes yeux, c'est sans modération ! Je reconnais qu'ensuite, question de pudeur, d'éducation, de culture, dire "Je t'aime" est plus ou moins facile selon les gens. 

        En outre, ça m'a toujours interpellé ce terme : prouver son amour. Je pars justement du postulat que l'amour ne doit pas exister par des preuves, mais par la confiance qu'on lui accorde. Ah, oui, c'est sûr que c'est pas facile de "juste" faire confiance, pourtant... Et puis, d'après moi, l'amour ne se prouve pas, il se dit, il s'exprime, il se fait... Et je préfère penser qu'il se montre plutôt qu'il ne se démontre ^^

        Merci à toi. Bonne journée à Guangzhou (j'espère que j'ai bien orthographié), bise.

        FP

    14
    Mardi 12 Janvier 2016 à 07:00

    l'amour et la jalousie , la paranoïa

    rien que du très normal quoi

    bise le café est fait

      • Mardi 12 Janvier 2016 à 07:39

        Ton commentaire, Edwige, malgré son côté un peu fataliste, a quelque chose de rafraîchissant, presque drôle... Sans doute est la manière dont c'est exprimé. 

        En revanche, même si c'est classique, j'ai du mal à qualifier la paranoïa de "normal", c'est pareil pour la jalousie, qui, parvenu à un tel degré, est - selon moi - davantage porté par l'égoïsme que par l'amour. 

        Merci pour le café, belle journée, bises.

        FP

    15
    Mardi 12 Janvier 2016 à 07:43
    Chadou

    Bonjour Fabrice, ce n'est pas des je t'aime qui vont te convaincre le doute c'est installé et ce n'est plus vivable, voilà pourquoi il y a tant de divorces !

    Belle journée mon ami et bises amicales

      • Mardi 12 Janvier 2016 à 08:01

        Bonjour "chat doux"... C'est vrai que le doute a un pouvoir destructeur qu'on sous-estime souvent. S'il est nécessaire d'en avoir un peu pour ne pas être définitivement trop sûr de soi, il est clair que lorsqu'il prend trop de place, il en devient handicapant. Pourtant, je crois fermement que par le dialogue (un vrai dialogue, pas une empoigne) on peut résoudre bien des situations et éclaircir des horizons assombris. 

        Merci à toi, douce journée, bisous.

        FP

    16
    Mardi 12 Janvier 2016 à 09:35

    Bonjour,

    Comme c'est difficile de juger un tel comportement.

    De la jalousie, un mal-être peut-être ou une maladresse tout simplement...

      • Mardi 12 Janvier 2016 à 09:58

        Pas question de juger, Rafaël, d'autant que personne n'est à l'abri (qui sait ce qu'on serait capable de faire le jour où on a l'impression que l'être tant aimé se détourne lentement ?)...

        Merci à toi, belle journée sous le soleil des Landes.

        FP

    17
    Mardi 12 Janvier 2016 à 11:09

    je parlais de la paranoïa actuellement avec tout ce qu'on voit , je préfère banaliser qu'avoir peur tu comprends ???

    je ne suis ni parano , ni jalouse , ni rien , je suis moi !!!

    sinon pas de ciré j'aime la pluie et le vent de plus  les beaux oiseaux ne mouillent pas et les belles plantes s'arrosent donc , c'est tout bon pour moi

    bises humides

      • Mardi 12 Janvier 2016 à 21:21

        Je comprends parfaitement ton besoin de banaliser ! ^^ Ce qui te permet de rester... toi !

        (Sinon, à te lire, ça ne sautait pas aux yeux que tu aimais la pluie autant que le café ! haha)

        Bises.

        FP

    18
    Mardi 12 Janvier 2016 à 20:28
    Josette

    Aïe quand le doute s'installe

    au coeur un bouillon d'eau sale

    je sens venir les larmes

    et rester sans armes

    le temps comme l'amour 

    s'écoule jour après jour

     

      • Mardi 12 Janvier 2016 à 21:28

        Bonsoir Josette... Ah, ce satané doute ! Le grain de sable qui enraye la machine... Et quand la machine se détraque... Est-ce si cuit ? 

        Bonne soirée, merci. À bientôt.

        FP

    19
    Jeudi 14 Janvier 2016 à 00:19

    C'est beau l'amour :) Bises. Aurélia

      • Jeudi 14 Janvier 2016 à 00:23

        Et dans toute beauté il y a une part de laideur... Dans l'amour, il y a la jalousie, par exemple...

        Merci Aurélia, bises, bonne nuit.

        FP

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :