• L'autostoppeur errant

    L'autostoppeur errant

     

     

    Une première perle

    De pluie a caressé

    Ma joue ;

    Tout le monde est pressé.

     

    Moqueur, un vilain merle,

    En toute impunité,

    Se joue

    De mon air dépité.

     

    Les guépards du bitume,

    Comme ils en ont coutume,

    Défilent sans me voir ;

    Pour eux, il peut pleuvoir !

     

    Dieu que c'est loin la Sarthe,

    Pour un autostoppeur !

    Qui saute

    Le pas et boit sa peur ?

     

    Est-ce à cette pancarte

    Qui ment effrontément

    La faute,

    Si j'attends vainement ?

     

    Sable blanc, mer turquoise...

    Que l'image est narquoise,

    Comme ce persifleur

    De merle de malheur !

     

    Si je pouvais en elle,

    Pour toujours, m'incruster...

    Le rêve !

    Nager, bronzer, siester...

     

    Mais l'errance éternelle

    Est ma réalité ;

    Je rêve

    Surtout d'être abrité.

     

     

     

    L'autostoppeur errant

    11546

     

     

    [ un clic sur le logo au-dessus du texte pour des précisions quant à la consigne d'écriture ]

    « CherbourgLa retraite »