• La délivrance

    La délivrance

     

     

    Je me souviens de nos orages,

    Comme ils éclaboussaient ces murs ;

    Tu te rappelles les naufrages

    Et les petits matins obscurs ;

     

    Les bruits de vaisselle cassée

    Côtoyaient des silences lourds ;

    Chaque rancune ressassée

    Nous rendait de plus en plus sourds ;

     

    Il pleuvait, jusque dans la chambre,

    Des fragments de rêves fanés

    Que les horizons gris décembre

    Avaient tour à tour déclinés ;

     

    Tu te souviens de nos tristesses,

    Comme elles crevaient le plafond ;

    Je me rappelle les promesses

    Et leur arrière-goût chiffon ;

     

    Les gestes tendres, les je t'aime,

    Eux, si triomphants au début,

    Fleurons de notre écosystème,

    Furent vite mis au rebut ;

     

    La vie en couple, tu le jures,

    Est un mensonge universel,

    La plus banale des gageures ;

    Les cœurs s'y vident de leur sel.

     

    * * *

     

    Le soleil, comme une ironie,

    Fait son retour dans la maison

    Libre, délivrée, assainie,

    Quand nous retrouvons la raison.

     

    * * *

     

    Ne perds pas ma nouvelle adresse,

    La tienne est en lieu sûr, promis ;

    Passe quand tu veux – rien ne presse –

    Pour une soirée entre amis !

     

     

     

    La délivrance

    Soleil dans une chambre vide, 1963 / Edward Hopper

    11616

     

     

    [ un clic sur le logo au-dessus du texte pour des précisions quant à la consigne d'écriture ]

    « Ça nous fera sourireFlatteries »