• La Rose et le Bleuet

    La Rose et le Bleuet fleurissent dans les prés,

    La belle Marianne en a les yeux qui brillent ;

    Les matins à venir ne seront pas cloîtrés

    Au fond des nuits sans lune où les espoirs vacillent.

     

    La Rose et le Bleuet poussent en ville aussi,

    L'urbaine Marianne en a la chevelure

    Chamarrée aux reflets d'un ciel moins obscurci ;

    Elle se réjouit d'avoir si fière allure.

     

    La Rose et le Bleuet se moquent de l'hiver,

    La douce Marianne en accroche à sa robe,

    Pour que le monde y voie un signe que l'enfer

    Ne corrompt pas toujours le cœur de l'Homme probe.

     

    La Rose et le Bleuet ont gardé le Pouvoir !

    La grande Marianne avait l'humeur chagrine,

    Mais le chemin est long qui mène à l'abreuvoir

    Où l'eau n'est plus salée à la brise Marine...

     10485

    « Liberté conditionnelleLa faute à Abraham »