• Le calme avant la tempête

    Vous la voyez paisible et lisse

    Tandis qu'elle se fait complice

    D'un vilain crapaud – le plus laid –

    Qui vous inspire le boulet.

     

    Elle est à vos yeux adorable,

    Très accueillante et désirable,

    Comme elle sourit aux roseaux,

    Contemple le bal des oiseaux.

     

    On croirait qu'elle a le visage

    D'un chérubin rêveur et sage,

    Que le ciel s'est vêtu de bleu

    Pour l'épater ; regardez-le

    Qui s'amuse à s'éprendre d'elle...

    Et Phébus qui tient la chandelle !

     

    Le vilain crapaud – qu'il est laid ! –

    Lui coasse un joli couplet.

     

    Mais une anguille, sous la roche,

    Prédit qu'un cataclysme approche...

    Prenez garde au silence d'or,

    Méfiez-vous de l'eau qui dort !

     10576

    « RoseCette Hermione-là »

  • Commentaires

    1
    Lundi 4 Janvier 2016 à 23:05

    Bonsoir Fabrice et comme chantait Jean Gabin on se sait jamais le bruit et la couleur des choses ou plutôt on se complait dans l'état d'amour même d'une ombre...  diable que c'est imprudent un coeur amoureux et gare à l'autre en plein soleil... à bon entendeur, bonne nuit, bises 

      • Mardi 5 Janvier 2016 à 14:20

        Bonjour Jill... Oui, un coeur amoureux, ça peut même être, par définition, très imprudent... On dit que l'amour rend aveugle, je pense que c'est peu de le dire ! Mais en amour, si on reste à attendre sur son nénuphar, on risque aussi de ne jamais "passer à table"... hahaha

        Merci, bise, bonne journée !

        FP

    2
    Mardi 5 Janvier 2016 à 01:48

    Bonjour Fabrice

    la fin de ton texte pourrais s’appliquer  a une asiatique

     

    Je te souhaite un très bon mardi

     

    Nos amitiés bises

     

    Qing&René

     

      • Mardi 5 Janvier 2016 à 14:22

        Bonjour René, ah tu es mieux placé que moi pour te prononcer au sujet des asiatiques ! héhé... Mais l'eau qui dort, on en voit partout, on ne se méfie pas assez, et bing ! Parfois on essuie la tempête... C'est comme ça hein !

        Bonne fin de mardi à toi, merci, bises.

        FP

    3
    Mardi 5 Janvier 2016 à 05:56

    Bonjour,

    Merci pour ce joli poème.
    On se laisse emporter jusqu'à la fin comme un vent qui forcit.

    Bonne journée

      • Mardi 5 Janvier 2016 à 14:24

        Merci Rafaël, c'est gentil... Si tu as pu ressentir l'effet du vent, tant mieux, ça veut dire que j'ai au moins un peu réussi le "job" hahaha... Bon après-midi.

        FP

    4
    Mardi 5 Janvier 2016 à 08:37

    "on ne nous apprend pas à nous méfier de tout" disait Jacques Brel ... Pourtant j'ai dans ma vie pris l'habitude de laisser tout venir pour ne passer à côté de rien ... d'observer ... et parfois de laisser choir ... c'est selon ... dans l'ensemble je suis riche de ces "autres" ! .

    amitié .

      • Mardi 5 Janvier 2016 à 14:26

        Je pense, Marie-Claude, qu'on ne peut pas vivre dans la méfiance perpétuelle ! En tout cas, cela ne me semble pas recommandé, rien de tel pour passer à côté de tant de personnes et de choses... Finalement, à choisir, je préfère largement laisser la porte ouverte, c'est sûr, il y a un risque, mais je le prends !

        Je te souhaite que la suite de ton mardi soit doux. Merci. Bises.

        FP

    5
    Mardi 5 Janvier 2016 à 12:58

    coucou Fabrice

    faut se méfier de l'eau qui dort

    c'est vrai

    j'aime mieux l'eau agitée au moins on s'en méfie

     bah je suis encore une zombie!!

    quand les microbes sont là faut se les farcir!!sont tenaces!!

    bon mardi

     bises

     

      • Mardi 5 Janvier 2016 à 14:28

        Hello Fruita ! C'est vrai qu'avec une eau agitée, on sait tout de suite à quoi s'attendre. Ce qui n'empêche pas certains de s'approcher quand même de trop près, quitte à se faire happer par la vague ravageuse... 

        Bon courage pour l'éradication des microbes... Mais en cette saison, ils aiment nous squatter, les vilains !!!

        Bon mardi aussi, bises.

        FP

    6
    Mardi 5 Janvier 2016 à 15:02

    je le trouve délicieux ce poème

    il m'a emporté en un rien de temps jusque la fin

    et je suis toujours en retard

     

      • Mardi 5 Janvier 2016 à 15:22

        Ah ! Tu me rassures, Edwige ! Pas facile d'être toujours un peu à la bourre, il faut ensuite essuyer les petites réflexions désobligeantes, parfois lancées sur le ton d'une plaisanterie dont nul n'est dupe... (je n'aime pas les sourires jaunes !!! he)

        Quant au poème, merci pour ce que tu en dis. J'espère que tu ne t'es pas trop fait mal à la fin (hahaha)... Bises.

        FP

    7
    Mardi 5 Janvier 2016 à 16:11

    il faut tjs se méfier de l'eau qui dort quand elle se réveille elle peut faire beaucoup de mal

      • Mardi 5 Janvier 2016 à 18:28

        C'est vrai, au propre comme au figuré, d'ailleurs...

    8
    Mardi 5 Janvier 2016 à 17:58

    joli poème. On dirait presque une fable de La Fontaine

      • Mardi 5 Janvier 2016 à 18:30

        Une comparaison un peu lourde à porter haha... Sans doute l'effet "crapaud", la présence d'animaux, oui... Mais il me plaît que ça t'ait plu yes

        Bonne soirée, merci.

        FP

    9
    Mardi 5 Janvier 2016 à 22:03

    Coucou Fabrice, merci pour ton passage et tes très justes remarques et au contraire je trouve ça très bien.

    J'ai fait quelques modifications pour que les vers 4 ne boitent plus!! rires

    OOOOOOh que oui, il faut se méfier de l'eau qui dort et je l'ai toujours dit car même si elle dort parfois il y a la goutte d'eau qui la réveille et entraîne toutes les autres gouttes par dessus bord et du coup tant pis pour celui qu'elles éclaboussent!!!!

    Je suis très en retard aujourd'hui et je me demande si je vais avoir le temps de le rattraper ce soir!

    Très belle nuit à toi

    Bises ami poète

      • Mardi 5 Janvier 2016 à 23:01

        Bonsoir Patricia, c'est toujours un peu délicat de commenter la forme d'un poème, parce qu'au poète la liberté de le façonner comme il l'entend. Ensuite, il faut admettre que ce n'est pas toujours bien vu... Mais je savais que je prenais pas trop de risque, puisque tu aimes la poésie de précision ! yes (j'irai lire les modifications que tu as faites)

        Quant à l'eau qui dort, bah... c'est un peu une sorte de traitresse rusée ! C'est comme la lionne qui a repéré son troupeau de gazelles, mais qui ne se précipite pas et attend, tapie sous un arbre, le moment propice pour attaquer, donnant ainsi l'illusion aux pauvres herbivores que le risque est relatif, mesuré, voire écarté... Et puis BING ! 

        Merci beaucoup pour ta visite et ton sens du partage. Belle nuit de même, bises ! (ne t'excuse pas pour le temps, on en manque tous, je crois)

        FP

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :