• Le grand saut

    Le grand saut

    Le grand saut

     

     

    J'ai quitté le ballet des balais de sorcières

    Et les vols cantonnés au ras des matins bas,

    Terminé d'imiter les faces grimacières

    Des sans-ailes vautrés sur leurs tristes grabats ;

     

    J'ai voulu faire un bond, pour de bon, vers les nues,

    Graver dans les hauteurs mon baptême de l'air,

    Explorer de plus près des routes inconnues

    Jusqu'alors de mes pas, de mes yeux, de mon flair...

     

    J'ai dû briser la chaîne arrimée au vieux chêne

    Qui retenait captifs mes vœux de liberté,

    Pensant, plein d'euphorie, à l'étape prochaine :

    Le grand saut dans le vide éclatant de clarté.

     

    De l'ombre close émane une clause nouvelle

    Au contrat que je signe avec mon avenir,

    Et, ce qu'elle stipule, aussitôt, me révèle

    Que c'est contre la peur qu'il faut se prémunir.

     

    J'ai laissé ce qui fut sous la mer de nuages,

    De laquelle s'élève un archipel de monts

    Coiffés de souvenirs aux multiples visages,

    Bienveillants, souriants, ou de quelques démons,

    Qui, soit dit au passage,

    Ne s'évanouiront qu'après l'atterrissage.

     

     

     

    Le grand saut

    11806

     

     

    [ un clic sur les logos au-dessus du texte pour des précisions quant aux consignes d'écriture ]

    « Muguette, la petite et mignonne rousseMalgré moi »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 30 Novembre 2016 à 23:13
    C'est de toute beauté d'une légèreté qui nous donne des ailes sans envie d'atterrir !
    Amitié .
      • Vendredi 2 Décembre 2016 à 10:48

        Bonjour Marie-Claude,

        Mais le vol de la vie, j'espère bien qu'il doit durer quand même un certain temps, avant l'atterrissage ! C'est toujours trop court, je suppose, raison de plus pour apprécier le voyage, la vue, et profiter des contrées visitées, des personnes rencontrées...

        Merci à toi, bon vendredi à toi. Bises.

        FP

    2
    Mercredi 30 Novembre 2016 à 23:49

    Bonjour Fabrice, ah la peur, dans certaines situations elle donne des ailes, mais souvent cloue sur place, mieux vaut en faire une alliée, beau mélange des défis proposés, bonne nuit à toi, bises

      • Vendredi 2 Décembre 2016 à 10:50

        Bonjour Jill,

        C'est vrai ce que tu dis, selon du côté de la barrière où l'on se situe, la peur n'a pas le même sens. Soit elle réveille, soit elle pétrifie. 

        Oui, pas trop le temps de réaliser tous les défis séparément, alors, j'essaie de trouver des ponts pour en marier certains. 

        Merci, bises de même, et bon weekend à toi.

        FP

    3
    Jeudi 1er Décembre 2016 à 06:51

    Belle inspiration ! je suis d'accord avec l'idée que "c'est contre la peur qu'il faut se prémunir".
    Nos peurs sont des obstacles qui font bien des ravages
    Et pour les dépasser, armons-nous de courage...

    Bonne journée à toi

      • Vendredi 2 Décembre 2016 à 10:53

        Bonjour Sandra,

        Comme j'écrivais à Jill au-dessus, il y a peur et peur... Il y a celle qui nous fait courir plus vite, et celle qui nous assomme littéralement... Mais d'une manière générale, si l'on ne peut éviter tout à fait d'avoir peur (c'est si humain !), il est tout de même préférable de braver chaque peur qui nous assaille, ne serait-ce que pour rester encore debout et pouvoir croire en demain. Le courage fait de belles choses, encore faut-il ne pas le bouder.

        Merci à toi. Je crois que je manque d'inspiration pour ton jeu (chez toi), je vais encore aller voir, on verra si la lumière m'éclaire.

        Bon weekend. Bises.

        FP

    4
    Jeudi 1er Décembre 2016 à 07:09

    c'est bien joli avec ces doubles sens

    tu es doué ( pour un parigot ) lol

    bise de jeudi

    il fait -6 ici , ce doit être moins froid chez toi

      • Vendredi 2 Décembre 2016 à 10:55

        Coucou Edwige,

        J'essaie, autant que possible, quand j'écris, de glisser par-ci par-là quelques doubles sens, je trouve que ça sert parfaitement la poésie. 

        Mais le parigot te remercie infiniment.

        Moins froid aujourd'hui, nuages oblige !

        Bises, bon weekend. 

        FP

    5
    Jeudi 1er Décembre 2016 à 10:43

    Coucou Fabrice

    L'avenir fait peur à chacun d entre nous, cet inconnu qui ne nous dit rien. Mais à quoi bon s'en faire il faut avancer et mieux vaut se prémunir de la confiance pour aller de l'avant.

    Très beau tête Fabrice

    bisous et belle journée

      • Vendredi 2 Décembre 2016 à 10:58

        Bonsoir Arlette,

        Tu as parfaitement raison, malgré la peur qui peut parfois susciter plein d'interrogations, il faut aller vers l'avenir complètement, pas à moitié, et de toute façon, on n'a pas le choix... Enfin, si, il reste un choix, mais pas des plus gais : si la peur est trop intense, on peut toujours tout arrêter, mais bon...

        Et tu sais, parfois, le passé peut faire encore peur aussi, il suffit de repenser à des événements douloureux vécus, des épreuves, qui peuvent nous poursuivre comme des fantômes (d'où les "démons" évoqués dans le texte). Le présent aussi fait peur. Finalement, la peur peut être partout, l'essentiel est de savoir la dompter, la dominer.

        Merci à toi. Bon weekend, bisous.

        FP

    6
    Jeudi 1er Décembre 2016 à 15:39
    Renée

    très bel écrit Fabrice tant la vie est un saut dans l’inconnu mais qu'il faut affronter avec courage et aller de l'avant. Bisousssss

      • Vendredi 2 Décembre 2016 à 11:00

        Bonjour Renée,

        TOUJOURS aller de l'avant, c'est l'assurance de ne pas se perdre dans les nostalgies futiles et inutiles, qui peuvent réellement empêcher de vivre, d'avancer, d'évoluer, de grandir, et même d'aimer, de comprendre...

        Merci à toi, bisous de même.

        FP

    7
    Vendredi 2 Décembre 2016 à 10:43

    Des clauses dans l'ombre je me méfierais

    Bon Dredi Fabrice

      • Vendredi 2 Décembre 2016 à 11:01

        Bonjour H-IL, 

        Ah mais tu sais, il s'en passe des choses dans l'ombre... C'est pourquoi, il faut attirer la lumière à elle, déjà ça efface une partie de la peur et de la méfiance...

        Bon vendredi de même, à toi. Merci.

        FP

    8
    Vendredi 2 Décembre 2016 à 11:38

    Cela donne envie d'une certaine apesanteur des sentiments, naviguant entre le haut et le bas, dans un nuage  frais , sans questions, sans remords,, se laisser aller à une douce quiètude d'innicence.......

    Laissons de côté tout c qui fache ou déplaît et faisons fi des questions embêtantes.......

    Merci Fabrice .............Bonne fin de journée (mail parti)

      • Lundi 5 Décembre 2016 à 14:01

        Coucou Ghislaine,

        Oui, parfois, il est doux de se laisser aller à un peu de légèreté, à un peu d'apesanteur, et la vie est aussi faite de cela.

        Merci à toi. Bisous.

        FP

    9
    Vendredi 2 Décembre 2016 à 12:02

    coucou  Fabrice

    le saut  ne me tente pas 

    surtout du ciel beurk

    j'aime bien sentir mes pieds sur la terre,  même si ça craque parfois,

    c'est une belle image avec la brume comme ici sur le Mont

     tiens bon avec les amandes mais pas tout le paquet  d'un seul coup car attention aux calories mdr

    j'ai attrapé la gastro, bingo c'est pour moi tout ce qui traine mdr

    bon we

     bien au chaud

     bisous

     

      • Lundi 5 Décembre 2016 à 14:03

        Bonjour Fruita,

        Aïe, la gastro, pas drôle ! Mais comme je te réponds en retard (veuille bien m'en excuser, d'ailleurs), j'ose espérer que c'est fini, que c'est passé.

        Pour les amandes, oui, je suis bien gourmands, et il va falloir que j'apprenne à en réguler la consommation hihihi... 

        Merci à toi. Bisous.

        FP

    10
    Vendredi 2 Décembre 2016 à 20:17

    Bientôt Noël, qui bien tôt le matin déposera les cadeaux.

    J'apprécie ta performance, rester poète avec toutes figures imposées, il faut le faire.

    Amicalement. Yann

      • Lundi 5 Décembre 2016 à 14:04

        Bonjour Yann,

        Ah Noël ! Pour qui sait apprécier ce moment, c'est une des manières de faire la fête et de monter dans les nuages pour goûter à la légèreté d'un doux flottement (qui ne dure pas, alors, autant en profiter un max !)...

        Les consignes sont comme un jeu. La poésie peut s'accommoder de n'importe quel prétexte pour s'y prêter.

        Merci à toi. Bon lundi.

        FP

    11
    Samedi 3 Décembre 2016 à 07:48
    Chadou

    Bonjour Fabrice...Toujours aller de l'avant ! C'est magnifique ce que tu écris ! Il fait encore tout noir et il ne fait pas vraiment froid, 0°, mais il n'y a  aucun nuage .Nous voila en weekend, la semaine c'est passée vite. aujourd'hui ici se sera st Nicolas pour mon petit Maxence! Bonne journée ensoleillée, bisous en pagaille  ♥♥

                                             

      • Lundi 5 Décembre 2016 à 14:06

        Bonjour Chadou,

        Oui, aller de l'avant ! Toujours ! Parce que de toute façon, aller de l'arrière ne mène nulle part, même pas réellement dans le passé, donc, à quoi bon...

        Merci à toi, bon début de semaine. Il fait froid, mais super beau en même temps.

        Bisous.

        FP

    12
    Mardi 6 Décembre 2016 à 17:11
    dan gazénia

    Sur la même longueur d'onde! Je te comprends car cette quête de l'impossible envol vers des horizons lointains, libre de toute contrainte, en défiant toutes les peurs, a été ma raison de vivre. Je pense y être parvenue, et j'en souris encore...Avec mon coéquipier d'aventures nous avons bravé tous les dangers, pour toujours réalisé nos rêves, puis avec mon fils...

    Quand le spleen m’envahit, je ferme les yeux et revis ces folles "randonnées" contre la dame en noir, et le bonheur de survivre me murmure:"continue".Alors, je suis allée faire un tour en Montgolfière à 1000 m! Magique!

    Très beau poème qui nous entraîne dans une autre dimension! 

    Merci

    Dan

      • Mercredi 7 Décembre 2016 à 15:13

        Bonjour Dan,

        Ton commentaire est émouvant... C'est beau d'avoir pu vivre de cette façon-là, c'est un choix aussi, et je sais qu'il a un prix. Mais la liberté n'est pas gratuite. 

        Le spleen surgit toujours dans les moments où l'euphorie a passé son tour. Mais certains souvenirs sont là pour rappeler qu'on a eu raison, qu'il n'y a rien à regretter, et surtout, que la vie continue encore. 

        Montgolfière à mille mètres ? Whaou, j'adorerais trop ça ! C'est d'ailleurs un rêve parfaitement réalisable, alors...

        Grand merci à toi. Bonne continuation.

        FP

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :