• Le voyez-vous venir ?

    Le voyez-vous venir avec ses grands sabots,

    Se frayant une route au milieu des grisailles

    Dont il réduit la masse à l'aide de rabots

    Qui se mueront bientôt en d'énormes cisailles ?

     

    Devinez-vous son souffle au-dessus des rosiers

    S'apprêtant à porter leurs plus belles parures ?

    Entendez-vous son chant bercer les cerisiers

    Fiers de vous exhiber leurs pendeloques mûres ?

     

    Sentez-vous sa douceur vous approcher le front,

    Tandis que le rosé cherche déjà vos verres ?

    Le voyez-vous venir, ou tournez-vous en rond,

    Sceptiques et prudents, face aux assauts sévères

    De fraîcheurs qui n'ont pas complètement quitté

    Les jours, pourtant acquis à son heure d'été ?

     

    Moi, je le vois venir, je le sens, le devine...

    Il fait le plein d'azur au bout de l'horizon,

    Je l'aperçois d'ici, oubliant qu'il pleuvine ;

    Son solstice ne peut manquer la fenaison !

    11266

    « Tristan l'altruisteMarjolaine a disparu »