• Maman

    J'entendais à coup sûr mon père

    Me répondre : « va voir maman ! »

    Chaque fois qu'un petit tourment

    Venait éprouver mes hantises...

     

    J'entendais à coup sûr mon frère

    M'accuser, en criant : « maman ! »

    Chaque fois que ce garnement

    Me faisait porter ses bêtises...

     

    J'entendais à coup sûr grand-mère

    Dire : « pas un mot à maman ! »

    Chaque fois que, secrètement,

    Elle m'offrait des friandises...

     

    * * *

     

    Mon dieu que le monde a changé,

    Comme les lignes ont bougé !

     

     Papa ne fuit plus mes hantises,

    Maxime assume ses bêtises,

    Fini le temps des friandises...

     

    Nous nous occupons de Maman

    Qui nous quitte tout doucement.

    10756

     

     

    Ce n'est pas mon histoire. J'ai juste été extrêmement bouleversé d'apprendre que quelqu'un pour qui j'ai beaucoup de tendresse - même si la vie nous a éloignés depuis un moment - souffre de la maladie d'Alzheimer. Cette femme était pétillante, pleine de vie, très active dans tout, gérait son monde, portait littéralement sa famille à bout de bras ; elle était pour ses proches le centre de leur monde, leur référence, leur modèle parfois, et voilà que ce monstre invincible l'a murée dans le brouillard... Suite à la discussion que j'ai eue avec sa fille, une très bonne ancienne amie de fac avec laquelle j'ai renoué récemment, ces mots sont sortis, ça a donné ce texte. Bien sûr, je le lui ai envoyé, et, avec son accord, je le partage avec vous aujourd'hui.

    « Beuve ritLa fête »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 4 Février 2016 à 00:21
    jill bill

    Bonsoir Fabrice... Pénible maladie pour les proches comme pour le patient lui-même qui perd la mémoire, ne reconnait plus les siens, je connais une aminaute sur la blogo dont le mari en est atteint, leur vie a bien changé il est vrai... il est devenu comme un petit enfant qu'il faut surveiller à tous les instants... je compatis sincèrement, triste et beau poème à la fois.... bises, jill

      • Jeudi 4 Février 2016 à 22:01

        Bonsoir Jill... Oui, difficile je pense de côtoyer Alzheimer de si près, mais c'est encore plus terrible pour la personne qui en est victime, qui perd tous ses repères, peu à peu, qui s'en va progressivement... Et les proches impuissants... Merci à toi. Bonne soirée... Bises.

        FP

    2
    Jeudi 4 Février 2016 à 01:31

    Bonjour Fabrice

    il y a du juste dans ton com, par contre pour les médias, là je mets de grosse réserve....ils sont souvent au service des politique non ??

    hi hi comme en chine

     

    Je te souhaite un très bon jeudi

     

    Nos amitiés  bises

     

    René

     

      • Jeudi 4 Février 2016 à 22:03

        Bonjour René, le jeudi fut correct... Le temps passe, voilà déjà le weekend qui arrive... Bon vendredi à toi. Bises.
        FP

    3
    Jeudi 4 Février 2016 à 06:34

    très beau et très émouvant

    hélas , il y à combien de maladies comme celle-ci qui nous grignotte

    bise

      • Jeudi 4 Février 2016 à 22:05

        C'est vrai, Edwige ! Des sales maladies contre lesquelles, trop souvent, on ne peut rien... 

        Merci à toi. Bises.

        FP

    4
    Jeudi 4 Février 2016 à 07:41

    quel beau texte !

    Il est dur de voir vieillir ses parents, ceux-là même sur qui toujours on comptait dans les mauvais jours et qui savaient nous consoler ... Il arrive que parfois il nous faille les prendre en "charge" et devenir pour eux ce que pour nous ils avaient été ... 

    c'est difficile ... mais là aussi l'amour fait le reste !

    amitié .

      • Jeudi 4 Février 2016 à 22:09

        Il est clair que sans amour, c'est encore plus dur... Car déjà avec amour, c'est compliqué, c'est surtout le sentiment d'injustice mêlé à celui d'impuissance... C'est désarmant, oui, j'imagine. Je ne suis pas dans cette position, mais j'imagine...

        Merci Marie-Claude, amicalement,

        FP

    5
    Jeudi 4 Février 2016 à 07:56

    Quand on voit ceux que l'on aime qui partent à la dérive, même sans cette maladie, on voit tous notre maman s'éloigner avant de s'effacer dans l'histoire

    Très beau témoignage 

    Amicalement

    Claude

      • Jeudi 4 Février 2016 à 22:10

        Je suis bien d'accord, Claude. Et pas besoin d'Alzheimer, hélas, pour connaître ce sentiment-là...

        Merci. Amicalement,

        FP

    6
    Jeudi 4 Février 2016 à 08:29
    Chadou

    Bonjour Fabrice, c'est terrible de voir ces parents devenir séniles avant l'âge et quelques fois cassant sans le vouloir, je sais de quoi je parle car ma maman s'en est allée comme ça ! C'est vraiment triste ! mais ton poème est magnifique...Beau jeudi l'ami et bises amicales ♥

      • Jeudi 4 Février 2016 à 22:17

        Bonsoir Chadou... Comme tu dis, oui. Je pense hélas que les mots sont bien peu de choses à côté de tout ça... Nous vieillirons aussi, et va savoir comment... Espérons juste que ça ira, mais on n'en sait rien d'avance...

        Je te souhaite un beau vendredi, bisous amicaux.

        FP

    7
    Jeudi 4 Février 2016 à 09:30

    Je souhaite que ces mots la réconforte........C'est si vrai ces mots là.......Si triste.........

      • Jeudi 4 Février 2016 à 22:19

        En fait, je ne m'attendais pas, elle en a été émue... On a conversé pendant des heures, je ne pensais pas du tout écrire quoi que ce soit, c'est bizarre des fois, l'inspiration... Même quand c'est triste.

        Merci Ghislaine. Bonne soirée.

        FP

    8
    Jeudi 4 Février 2016 à 11:24

    Bonjour,

    C'est hélas ce que je suis en train de vivre.

    Pas évident.

    Bonne journée

      • Jeudi 4 Février 2016 à 22:21

        Bonsoir Rafaël... Je ne m'aventurerai pas à te débiter des banalités. Tu sais ce que c'est, tu connais le combat... Pas évident, c'est sûr.

        Merci à toi. Bon weekend.

        FP

    9
    Jeudi 4 Février 2016 à 13:36

    très dur à vivre cette maladie surtout pour les aidants

    certains choisissent de les garder chez eux 

    je ne pourrais pas assurer...

    il faut plus qu'un dose de courage

    le problème d'aujourd'hui c'est que le progrès en médecine fait que nous vivons de plus en plus vieux,

    mais si au bout du compte on est atteint de cette maladie, moi je préfère ne pas vieillir.

    merci de ton bel écrit Fabrice

    douce journée à toi

    moi dentiste.....grrrr

    bisous

    ps: j'aime lire tes poèmes mais j'adore lire tes commentaires chez les blogueurs...

      • Jeudi 4 Février 2016 à 22:26

        Bonsoir Danielle... Il est certain que chaque malade développera la maladie à son rythme... Il est certain aussi que l'entourage en souffre énormément, même si je ne connais pas la situation, j'imagine combien il serait difficile de perdre un être cher de cette manière-là : de le/la voir là, physiquement vivant, mais en même temps d'assister à ce que l'on peut bien appeler une mort progressive de tout ce qu'il/elle était... 

        Il faut bien plus que du courage, les nerfs doivent lâcher aussi parfois, autant que la fatigue s'accumule, fatigue morale et physique... 

        Sinon, j'espère que ça a été chez le dentiste !

        Bisous, beau vendredi. Merci.

        FP

        ps : mes commentaires sont parfois un peu trop longs et bavards, n'est-ce pas ! shocked

      • Vendredi 5 Février 2016 à 17:41

        j'aime lire tes commentaires, tu me parais être un homme sensé...

        (les dentistes d'aujourd'hui n'ont rien à voir avoir avec ceux de notre jeunesse)

        c'est presque un plaisir d'y aller maintenant...

        par contre il faut avoir des moyens , pour pouvoir le faire car j'ai envoyé un devis mais....

        suis pas sur d'être bien remboursée....il faudra faire avec....hihihi...car deux dents usées et cassées

        sur le devant bonjour......................................les dégâts....je ressemble à un pirate.....

      • Samedi 6 Février 2016 à 14:14

        Je veux bien te croire, Danielle, que les dentistes d'aujourd'hui ne sont plus ceux d'hier... Mais il n'en reste pas moins que c'est devenu compliqué de se soigner correctement les dents, tellement c'est onéreux, et mal remboursé par la sécu et les complémentaires. Je te souhaite de trouver la solution. Et un anttendant, un excellent samedi. Il fait doux, et pas mauvais aujourd'hui. Bises.

        FP

    10
    Jeudi 4 Février 2016 à 13:46

    Bonjour Fabrice,

    c'est beau et très émouvant et c'est tellement bien écrit!!!

    C'est vrai que la maman est souvent l'axe de la famille, la référence, la sagesse alors quand on la voit perdre peu à peu sa lucidité, ses moyens, sa vie on ne peut s'empêcher de voir notre monde s'écrouler en même temps que le sien s'écroule!

    Courage à ton amie.

    Bises Fabrice et merci à vous deux pour le partage de l'émotion

      • Jeudi 4 Février 2016 à 22:28

        Bonsoir Patricia... Oui, en général, la maman est bien le centre de la famille... En général... Car certains (minoritaires, heureusement) ne diraient pas la même chose (mais c'est une autre histoire...)

        J'ai un peu la hantise de voir vieillir mes parents, et pourtant, ils vieillissent comme tout le monde. Pour le moment, tout va bien... Pourvu que ça dure.

        Merci pour elle, merci à toi. Bisous.

        FP

      • Vendredi 5 Février 2016 à 11:06

        mon père va avoir 86 ans en août 2016 et pour le moment il va très bien malgré tous les gros problèmes de santé qu'il a eu toute sa vie durant, et ma mère va avoir 78 ans dans quelques jours, même si elle se plaint tout le temps, elle va très bien aussi. Mes parents sont divorcés depuis plus de 35 ans et chacun a refait sa vie et ils sont heureux alors peut-être que le bonheur protège des maux.

        Bisous Fabrice et bon vendredi à toi

      • Vendredi 5 Février 2016 à 12:47

        Mon père vient d'avoir 78 ans, il pète toujours la forme malgré deux infarctus et un AVC il y a quelques années... Ce dernier lui a légèrement limité l'usage de la jambe gauche, il ne peut plus faire du vélo, mais ne s'est pas arrêté de faire sa marche quotidienne et voit toujours le kiné... Ma mère n'a encore "que" 63 ans, et c'est peut-être parce qu'ils vivent encore ensemble depuis 45 ans, qu'ils se chamaillent régulièrement, qu'ils en gardent une certaine forme hahaha (qui sait !)...

        Bisous, bon vendredi à toi. Merci.

        FP

    11
    Jeudi 4 Février 2016 à 14:15

    C'est plein de tendresse, pour quelqu'un qui, d'une façon si énigmatique, tire sa révérence.

      • Jeudi 4 Février 2016 à 22:31

        Je crois que "énigmatique" est bien le mot qui convient ! Pourquoi cette maladie se déclenche-t-elle ? Je ne suis pas médecin, tu me diras... Mais c'est injuste, comme toutes les maladies qu'on ne peut guérir...

        Merci Nounedeb. 

        FP

    12
    Jeudi 4 Février 2016 à 15:35

    Une poésie toute en délicatesse

      • Jeudi 4 Février 2016 à 22:32

        Merci jamadrou. J'ai fait de mon mieux, et je sais que ce ne sont que des mots... 

        FP

    13
    Jeudi 4 Février 2016 à 20:53

    C'est très beau et très émouvant ce texte . C'est affreux de voir partir l'esprit  d'une personne qu'on aime surtout une maman ;C'est aussi un bel  hommage aussi à cette dame.Bonne soirée

      • Jeudi 4 Février 2016 à 22:35

        De voir une personne si proche, sa mère de surcroît, s'étioler, alors qu'elle était le symbole même de la vie, du mouvement permanent, du rire, de la volonté, etc., oui, c'est affreux ! Et on n'y peut rien... Hélas.

        Merci Fanfan, bonne soirée de même.

        FP

    14
    Vendredi 5 Février 2016 à 18:06

    Plus qu'une déchirure c'est tout un pan de vie qui s'enlise dans la nuit.Le plus petit espoir de vie restait dans nos rires qui éclataient souvent inopinément à la faveur d'un mot ou d'un geste. Je ne saurai jamais si ma maman souffrait, ce que son "nouveau monde "lui apportait de paix ou de détresse. Je suis restée longtemps perdue face à tous ces murs d'ombre, à ce silence, à la vie qui s'échappe jour après jour.
    Aujourd'hui encore je ne suis pas en paix car trop d'interrogations subsistent et son départ dans cette profonde solitude restera toujours une profonde blessure.


    Merci Fabrice pour ce beau poème tout en délicatesse.

      • Samedi 6 Février 2016 à 14:11

        Bonjour Balaline. C'est assez troublant, car ce que tu me dis là ressemble à ce que mon amie me confiait. Elle aussi se demande ce que sa mère perçoit réellement de sa maladie, si cette plongée dans l'ombre lui fait souffrir, sûrement un peu, mais à quel point ? Comme toi, elle se retrouve face à des murs d'ombre. Je crois que le plus marquant dans ce qu'elle me disait c'est que quand elle regarde sa mère dans les yeux, il lui semble qu'elle n'y reconnaît plus grand chose, tellement elle est devenue une étrangère pour elle. Dans ces conditions, il est évident que les blessures resteront profondes, les points d'interrogation sans réponses... Terrible, oui.

        C'est moi qui te remercie. Bon samedi.

        FP

    15
    Mercredi 10 Février 2016 à 11:25

    un poème à la fois si juste et si sensible. Je connais plusieurs personnes dans ces situations, que ce soit mère ou père ou frère ou sœur et des voisins qui ont perdu leur maman à l'automne dont ce portrait allait sans doute à ravir

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :