• Marie s'est vengée

    Tu l'avais dans la gorge,

    Bâton de sucre d'orge

    En forme de canon...

    Tu ne disais pas non.

     

    Était-ce une sucette

    Tueuse de disette ?

    Tu crevais à genoux,

    Là-bas, loin de chez nous.

     

    Au début, l'aventure

    Semblait de bon augure ;

    Tu l'appelais Chaton,

    La vie allait, coton.

     

    La divine promesse

    N'était qu'une kermesse

    Dans un rêve d'enfant,

    Un leurre triomphant.

     

    Tu étais jeune et dupe

    Jusqu'au creux de ta jupe,

    Fruit vert à peine né,

    Un beau jour piétiné.

     

    Il t'appelait Marie,

    Pour une gâterie,

    Tu te couchais, toujours,

    Et non dans du velours.

     

    Combien d'années perdues,

    Combien d'autres fondues

    Comme neige au soleil,

    Avant le grand réveil ?

     

    Mais, tu t'es fait justice,

    Voyant que la police

    Ne bougerait, pour toi,

    Le moindre bout de doigt.

     

    Tu l'avais dans la gorge,

    Où, désormais, se forge

    Un étrange confort ;

    Ton petit chat est mort !

     10255

    « Sur ma joueLe pays rêvé »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 6 Novembre 2015 à 09:37
    jill bill

    Bonjour Fabrice... femme sous emprise masculine, je n'aurais pu en supporter davantage non plus, quitte à faire de la prison... petit chat a eu ce qu'il méritait !!!  A bon entendeur messieurs les abuseurs...  bonne fin de semaine de la part de JB

      • Samedi 7 Novembre 2015 à 07:08

        Bonjour Jill... Ah, eh bien tu n'y va pas par quatre chemins, toi non plus ! Dommage de devoir en arriver à croupir en prison, ces hommes-là n'en valent pas la peine. Mais c'est vrai aussi qu'il arrive - hélas - que les policiers ne prennent pas au sérieux certaines plaintes de certaines femmes...

        Bon samedi.

        FP

    2
    Etoile
    Vendredi 6 Novembre 2015 à 17:13
    Tu veux
    Ma Vie
    Je tue
    Ta haine
    Je haie
    Patte
    Sur moi
    Et été te
    Le chêne
    A la base
    Naissante
    Gland épuré
    Tu ne seras
    Qu'un déchet
    Au pied
    De la société

    Un texte fort...

    Douce soirée Fabrice
    Bisous
      • Samedi 7 Novembre 2015 à 07:11

        Bonjour Etoile... Et une réponse non moins forte, de ta part. Les hommes qui font du mal aux femmes sont beaucoup trop nombreux, il ne devrait même pas en exister. Mais j'aimerais bien comprendre d'où vient cette haine, et un tel manque de respect.

        Bonne journée, bisous.

        FP

    3
    Vendredi 6 Novembre 2015 à 18:36

    Poignant!
    (je ne sais pourquoi, je pense à Lily, la chanson de Pierre Perret...)  

      • Samedi 7 Novembre 2015 à 07:14

        Sans doute parce que Lily (dans la chanson) est aussi une victime. Une victime de la bassesse des Hommes... Ici, "Marie" est victime de la bassesse d'UN homme, mais au final, elles sont victimes toutes les deux, et chacune est le symbole d'une souffrance subie par beaucoup, beaucoup, beaucoup, trop de personnes.

        Merci jamadrou. Bonne journée.

        FP

    4
    Vendredi 6 Novembre 2015 à 18:36

    elle doit être bien triste

      • Samedi 7 Novembre 2015 à 07:15

        C'est le moins que l'on puisse dire, Flipperine. La souffrance, d'ailleurs, peut engendrer - aussi - les comportements les plus extrêmes, parfois.

        Merci à toi.

        FP

    5
    Samedi 7 Novembre 2015 à 07:49
    Chadou

    Bonjour Fabrice, heureusement je suis privilégiée, je n'en ai jamais connu ! Quelle chance !

    Beau samedi et tant pis pour le temps maussade, on est si bien chez soi  !

      • Samedi 7 Novembre 2015 à 10:16

        Bonjour Chadou ! Il faudrait qu'AUCUNE femme n'ait à subir ça. Faut-il être optimiste ? Pessimiste ? La nature humaine est parfois si complexe, si incompréhensible... 

        Alors, temps maussade un peu partout je crois, mais doux. C'est déjà ça. Et c'est bien aussi de rester à la maison, ce n'est pas moi qui dirai le contraire.

        Merci pour le clin d'œil, bon samedi de même, bisous.

        FP

    6
    Mardi 10 Novembre 2015 à 07:28

    voilà pourquoi il faut savoir tendre la main à celles qui souffrent de ce mal là, souvent seules à supporter l'insupportable jusqu'à cette finalité que la société aurait pu empêcher  ...

    Nous sommes trop souvent sourds et aveugles devant la violence de ce genre d'hommes qui pour moi n'en sont pas !

    amitié .

      • Mardi 10 Novembre 2015 à 10:02

        Marie-Claude, OUI, les femmes qui souffrent la violence des hommes ne sont pas bien entendues. La société refoule souvent la laideur qui la mine (se voile la face) ou n'a pas les bon jugements, les bonnes attitudes, ce qui génère un sentiment de honte paradoxal chez la plupart des victimes, lesquelles commencent d'abord par se terrer dans leur silence avant d'oser en parler. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :