• Mon premier amour

    Mon premier amour

    Dort tranquille au lit du souvenir ;

    De son souffle court

    Reste l’illusion d’un avenir

    Précocement avorté.

     

    Mon premier baiser,

    Aussi chavirant que maladroit,

    Je l’ai remisé

    Dans les tréfonds d’un secret endroit ;

    Non, je ne l’ai pas jeté !

     

    Mon premier tambour

    Ne bat désormais qu’à l’imparfait ;

    Te dirai-je un jour

    Comment il a déclaré forfait,

    À la fin d’un bel été ?

     

    Mon premier chagrin,

    Je m’en suis servi pour vivre mieux,

    Être plus serein ;

    Le temps passe, on devient vite vieux,

    Il ne faut rien regretter !

     

    Mon premier amour,

    S’il n’a plus sa place d’autrefois,

    Je ne suis pas sourd

    Et mon cœur n’oubliera ni sa voix,

    Ni sa chanson d’un été...

    11006

    « D'Érica à ChilpéricViens chez Jill Bill, Sybille ! »