• Muguette, la petite et mignonne rousse

    Muguette, la petite et mignonne rousse

     

     

    Elle naquit un premier mai,

    La petite et mignonne rousse...

    Attendri devant sa frimousse,

    Sans hésiter, je la nommai

    Muguette ; aussitôt, je l'aimai !

     

    Tu protestas, ne daignant guère

    L'adopter, ne fût-ce qu'un jour,

    Sauf qu'à tes menaces de guerre

    Je décidai de rester sourd !

     

    Attendri devant sa frimousse,

    Je balayai tes arguments...

    À coup de stridents miaulements,

    La petite et mignonne rousse

    Sembla jurer : je serai douce.

     

    Tu protestas, tu fulminas,

    Mais pour une fois que ta mère

    M'offrait un cadeau, t'inclinas

    Finalement, vaincue, amère.

     

    Et lorsque je vois maintenant

    Ta façon d'être avec Muguette...

    Qui mène l'autre à la baguette ?

    Qui veut le câlin permanent ?

    La guerre est restée au tournant !

    11796

    « Le tango des tergiversationsLe grand saut »