• N'est pas Fortuné qui veut !

    N'est pas Fortuné qui veut !

     

     

    J'ai couru la thune,

    Traqué la poule aux œufs d'or,

    Mais c'est l'infortune,

    Conduite par un cador,

    Qui m'a piégé dans sa nasse ;

    Je m'en sens petit, bonasse...

     

    Cador de mes deux !

    Percepteur des plus austères !

    Mes pas hasardeux

    Se sont perdus sur ses terres

    Où ses sbires aux longs becs

    Ont picoré mes kopecks !

     

    À la pêche aux thunes,

    C'est puissants versus sans-dents !

    À la pêche aux thunes...

    Toujours les mêmes perdants !

    Et pendant que je régresse,

    Monsieur Fortuné s'engraisse...

     

    Monsieur Fortuné

    (Oh mon dieu, chose étonnante !)

    Ne m'a rien donné

    De son aise bedonnante...

    Mais serai-je le vainqueur

    De cette course à ton cœur ?

    12067

    « Je reviensJ'ai lu dans ton regard »