• Promesse éphémère

    Un bouton dodu me sourit,

    Me promit belle efflorescence ;

    Je pressentis ma guérison.

     

    L'Espoir, en lettres capitales

    Sur mes quatre murs, entrouvrit

    Les portes de la renaissance.

     

    Le Cœur se mit au diapason

    Des fanfares monumentales

    Qu'au bord de l'aube il découvrit.

     

    Dans la douce luminescence

    Parant le front de l'horizon

    Crûrent des splendeurs végétales.

     

    Hélas ! Au soir, ma Rose prit

    Le chemin vers la sénescence,

    Éparpillant sur le gazon

    L'éclat fané de ses pétales.

    10856

     

    Le quatril est une forme fixe de poésie inventée par un poète blogueur dont vous pourrez découvrir, si le coeur vous en dit, les vers en cliquant ici.

    Et ici encore, au commentaire N°12, les règles du quatril.

    « Lâcheté masculineThéophraste le céraste »

  • Commentaires

    1
    juillet58
    Lundi 22 Février 2016 à 11:19

    j'ai lu ton joli texte

    et bien sûr que je prend un croissant ! en virtuel je peux

    sinon je m'abstient

    bisou

      • Lundi 22 Février 2016 à 13:02

        Coucou ! Merci pour le "joli" qualifiant le texte. Quant aux croissants, en virtuel, tout est possible, même si tu en veux deux, quatre ou six, tu es autorisée ! Bisou, bonne journée.

        FP

    2
    Lundi 22 Février 2016 à 12:10

    Bonjour Fabrice, ah un bouton très précoce.... les intempéries ont eu raison de sa fleur, naître en hiver quelle imprudence... repose en paix rose de février... merci, bises de jill

      • Lundi 22 Février 2016 à 13:04

        Bonjour Jill... Tu m'étonnes ! Et pourtant, cet hiver, on a vu fleurir plus d'un bouton. Le gel est revenu, reparti, reviendra encore... Bref ! Les efflorescences précoces sont effectivement susceptibles de finir marron ! 

        Merci à toi d'être venue veiller la rose de février avec moi. Bises.

        FP

    3
    Lundi 22 Février 2016 à 14:48

    Coucou Fabrice,

    comme de quoi j'ai bien retenu la leçon car j'ai reconnu tout de suite la forme toute particulière du quadril.

    Les boutons de rose ne sont pas encore apparus mais ceux d'un camélia rouge commencent à me sourire et sur le camélia, c'est la fleur entière qui tombe et qui recouvre le sol de son jaune et rouge.

    Belle journée à toi Fabrice,

    Bisous

     

      • Lundi 22 Février 2016 à 19:16

        Bonsoir Patricia... Cela ne m'étonne absolument pas que tu aies reconnu le quatril, qui, effectivement a une forme très singulière. Comme c'est une découverte, je me plais à en écrire, c'est l'excitation de la nouveauté...

        Sinon, je ne suis pas un grand spécialiste des fleurs. Si j'ai déjà vu plusieurs fois des pétales de rose se faner au pied du rosier, je ne savais rien du camélia, mais tu me l'apprends. En même temps, toutes les fleurs fanées perdent leurs pétales de la même façon, non ?

        Belle soirée à toi, amie poète ! Bises.

        FP

      • Mardi 23 Février 2016 à 13:41

        coucou Fabrice,

        en principe, les pétales de fleurs tombent mais pas le coeur de la fleur alors que mon Camélia tout tombe sur le sol, la fleur n'est pas encore fanée, elle se détache en tombe toute entière ce qui fait que tu peux la ramasser car elle tient encore quelques jours!

        Bisous Fabrice et bon mardi sous la pluie peut-être?

      • Mardi 23 Février 2016 à 15:33

        Tu vois, tu m'en apprends !!! 

        (euh non, pas de pluie à Paris, il y a même un peu de soleil à l'instant où je te réponds)

        À plus, bisous.

        FP

    4
    Lundi 22 Février 2016 à 15:02

    bel écrit poète Fabrice

    j'aime

    ton bouton de rose avait du prendre un petit coup de froid pour que ses pétales tombent si vite ou c'était une vieille rose comme moi, flétrie, une rose d'automne ou de février.....hihihi....(j'ai envie de rire) excuses moi.

    ou une rose socialiste, belle et bien fanée.........ou une rose socialiste bel et bien fanée..............MDR

    rose flétrie

     

     

     

    Aux branches que l’air rouille et que le gel mordore,

    Comme par un prodige inouï du soleil,

    Avec plus de langueur et plus de charme encore,

    Les roses du parterre ouvrent leur coeur vermeil.

     

    Dans sa corbeille d’or, août cueillit les dernières :

    Les pétales de pourpre ont jonché le gazon.

    Mais voici que, soudain, les touffes printanières

    Embaument les matins de l’arrière-saison.

     

    Les bosquets sont ravis, le ciel même s’étonne

    De voir, sur le rosier qui ne veut pas mourir,

    Malgré le vent, la pluie et le givre d’automne,

    Les boutons, tout gonflés d’un sang rouge, fleurir.

     

    En ces fleurs que le soir mélancolique étale,

    C’est l’âme des printemps fanés qui, pour un jour,

    Remonte, et de corolle en corolle s’exhale,

    Comme soupirs de rêve et sourires d’amour.

     

    Tardives floraisons du jardin qui décline,

    Vous avez la douceur exquise et le parfum

    Des anciens souvenirs, si doux, malgré l’épine

    De l’illusion morte et du bonheur défunt.

     

    Nérée Beauchemin

     

     

     

     

     

      • Lundi 22 Février 2016 à 19:20

        Coucou Danielle ! ... Ah, merci pour ce poème de Nérée Beauchemin, que je découvre grâce à toi. Floraison tardive, floraison précoce, peu importe le moment, tout cela reste bien éphémère et finit dans le flétrissement... Comme la rose socialiste ? Tu sais bien que les plants refleurissent toujours, quand s'en revient le printemps... (et le printemps de 2017 nous dira si cette rose-là renaîtra ou tombera dans les oubliettes hahaha)...

        Merci encore, belle soirée. Bises.

        FP

    5
    Lundi 22 Février 2016 à 17:55

    cet hiver est étrange ... doux jusqu'à voir fleurir mes rosiers jusqu'au coeur de janvier, mais il aura suffit d'une nuit pour taire l'éclat des fleurs à venir ... mon sécateur fit le reste ... et coupa au troisième oeil les branches agonisantes  ... 

    amitié .

      • Lundi 22 Février 2016 à 19:24

        C'est vrai que l'hiver est instable, cette année... Entre douceur et gel... J'ai vu des cerisiers fleurir dans certains parcs, mais le retour d'une bise glaciale a dû tout remettre en cause. Il a fait doux aujourd'hui, mais on annonce des températures en dessous des normales pour dans quelques jours... De quoi perdre la tête ! Et quand l'amour fait comme cet hiver indécis, ça ne peut aussi que finir tristement.

        Amicalement, merci. Et belle soirée.

        FP

    6
    Mardi 23 Février 2016 à 06:21

    Tu sais faire fleurir les mots Fabrice !
    et leur éviter la sénescence...
    bises et belle journée à toi

      • Mardi 23 Février 2016 à 09:46

        Oh merci, Sandra. Ce serait dommage de les laisser périr, les mots, hein ! (c'est valable pour les accents aussi, n'est-ce pas !!!)

        Bises de même, bon mardi.

        FP

    7
    Mardi 23 Février 2016 à 07:14

    Promesse éphémère de beaux jours précoces, mais l'hiver n'a pas dit son dernier mot

    Amicalement

    Claude

      • Mardi 23 Février 2016 à 09:48

        Oh que non, Claude, d'ailleurs, le gel revient... Comme je le dis toujours, février est sournois et ne prévient pas de ses changements d'humeur ! 

        Merci à toi. Amicalement.

        FP

    8
    Mardi 23 Février 2016 à 07:22
    Chadou

    ܓ Bonjour Fabrice.. Un petit coucou chez toi en ce mardi matin pour te faire de gros bisous et te souhaiter une bonne journée sur ton joli poème, on ne l'annonce pas encore belle, on ne sais rien y changer !  Alors autant en prendre son partit...  ܓ

      • Mardi 23 Février 2016 à 09:49

        Coucou Chadou ! ...Patience, patience, les beaux jours finiront par arriver et s'installer. En attendant, il faudra se contenter des charmes de l'hiver pour encore un petit moment. Comme tu dis, on n'y peut rien, alors, sourions, pour compenser !

        Je te la souhaite quand même pleine de (bonnes) surprises ! Bisous.

        FP

    9
    Mardi 23 Février 2016 à 08:15

    oui très joli texte

    et j'ai adoré " le bouton dodu " !!

    bon mardi

      • Mardi 23 Février 2016 à 09:51

        Merci Edwige. 

        Pour ce qui est du "bouton dodu", je pense que tu as adoré parce que tu es gourmande, comme moi, et que c'est toujours plus attrayant qu'un bouton purulent (hahaha / bon appétit si tu es au petit-dej encore)

        Bonne journée, bises.

        FP

    10
    Mardi 23 Février 2016 à 09:38

    Bonjour,

    Et Ronsard de conclure :

    "... Cueillez, cueillez vostre jeunesse :
    Comme à ceste fleur la vieillesse
    Fera ternir vostre beauté."

    Bonne journée cher poète

     

      • Mardi 23 Février 2016 à 09:53

        Bonjour Rafaël... Eh oui, un poème que tu dois affectionner tout particulièrement yes C'est vrai, tout peut tellement changer vite, l'avenir est si incertain (on croit le printemps arrivé pour de bon et le retour du gel casse tous les espoirs), qu'il est urgent de vivre maintenant.

        Bonne journée à toi, merci.

        FP

    11
    Mardi 23 Février 2016 à 23:27

    Rien à voir avec ton texte, juste un petit souhait de bonne nuit et un petit "cadeau" pour te remercier de tes gentils commentaires.

    D'après ton image (ton favicom?) tu dois aimer les grenouilles... alors clique ici , tu arriveras sur une page où la grenouille est reine, écoute aussi les chansons plouf! à la fin.

    A demain Fabrice

      • Mercredi 24 Février 2016 à 17:26

        Bonsoir jamadrou... J'ai fait plouf avec bonheur dans ton billet grenouillesque ! Promis, j'en suis revenu sans avoir été transformé en crapaud dégoulinant ! 

        Reçois mon souhait de bonne soirée, et merci. Bises.

        FP

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :