• Quand j'aurai cent ans

    Les rivières sont sales,

    Les glaciers pollués,

    Les Hommes englués

    De crises abyssales...

     

    Mais quand j'aurai cent ans,

    Entre mer et montagne,

    S'étendront, exaltants,

    Ces pays de cocagne,

    Pour l'heure, encor latents.

     

    On ne prête qu'aux riches,

    Et Dieu ferme les yeux ;

    Les autres font au mieux,

    Entassés sur des friches...

     

    Mais quand j'aurai cent ans,

    Tout sera miel et sucre

    Sous les soleils montants,

    L'opulence et le lucre,

    Pour tous, réels, constants.

     

    La terreur et la guerre

    Sont fléaux au long cours,

    Le sang coule toujours ;

    Rien de nouveau sur terre !

     

    Mais quand j'aurai cent ans,

    Ce sera vie en rose

    Et lendemains chantants,

    Aucune paix morose

    Dans les jours éclatants !

     

    Ton jeune cœur hésite,

    Balance au moindre émoi ;

    Il n'aime pas que moi,

    Tout Paris le visite...

     

    Mais quand j'aurai cent ans,

    Que du bonheur en fête,

    Vrai, de tous les instants,

    Et l'amour en goguette,

    Jusqu'à la fin des temps !

    11096

    « Bibiane biberonneUn jour ordinaire »