• Toi, qui passes sans me voir,

    Là, tout près de ma fenêtre,

    Tu joues avec ton pouvoir

    De séduction ; ton diamètre

    Fait le tour

    De la cour

    Qui se forme à tes chevilles...

    Tu mets de l'or aux guenilles !

     

    Toi, qui passes sans me voir,

    L’œil de feu, la main de braise,

    Va donc, va les émouvoir,

    Tant la rose que la fraise,

    Fais le tour

    De ta cour,

    Fort de ton aura solaire

    Que mon humeur ne tolère !

     

    Toi, qui passes sans me voir,

    Presque trop chaud d'arrogance,

    Jouis, car il va pleuvoir ;

    Un nuage manigance

    Son retour

    Sur la cour,

    Entends-le qui dit : recule,

    Saleté de canicule !

     

    Enfin, je pourrai sortir

    Mon pauvre cœur qui s'assèche,

    Et, ce soir, m'en repartir

    Chercher la lune à la fraîche !

    12377


    22 commentaires
  • Messoye ou la vengeance silencieuse

     

     

                                                                  Marisol te rouble sans cesse,

                                                                  Ericka se sert dans ta caisse,

                                                                  Ségolène écrase tes bulles,

                                                                  Sidonie amuse ton Jules,

                                                                  Olivia s'exprime à ta place,

                                                                  Yasmina, dans ton dos, bavasse,

                                                                  Eugénie attend que tu tombes...

     

     

                                                 Qui sait que tu creuses leurs tombes ?

    12367


    34 commentaires
  • Je la veux rouge, comme

    Un coquelicot, comme

    Une cerise, comme

    Le cœur qui bat en l'Homme ;

     

    Je la veux verte, comme

    Un bourgeon d'avril, comme

    Une herbe folle, comme

    Cet espoir que je nomme ;

     

    Je la veux d'azur, comme

    La Baie des Anges, comme

    L'appel du large, comme

    Ce rêve qui m'assomme ;

     

    Je la veux rose, comme

    Le vin de l'été, comme

    La vie à la Piaf, comme

    Une aube neuve, en somme ;

     

    Et même s'il fallait

    Qu'elle soit moins jolie

    Parfois, moins vive en gris galet,

    En blanc cachet, un peu pâlie,

    Ou noire certains jours,

    Je la veux et j'y cours...

     

    C'est assez de dépendre

    De nos frilosités,

    Je la veux sans attendre,

    Ma vie à tes côtés !

    12357


    22 commentaires
  • Briac se prend pour Dieu

     

     

    Briac n'a rien d'un moine,

    Ni d'un saint ; c'est un fou,

    Un fumeur de stramoine

    Blanc comme du tofu,

    Qui traîne, déambule,

    Au dedans de sa bulle...

     

    Briac se prend pour Dieu

    Dès lors qu'il hallucine ;

    Il me dit : toi, mon fieu,

    Celui qu'on assassine,

    Qu'on saigne sur la croix,

    Je te fais Roi des Rois !

     

    Briac se dégénère

    Sur l'autel des camés ;

    Croyant qu'on le vénère

    Parmi les bien-aimés,

    Il crie à tous : je brille !

    Et pourtant, part en vrille.

     

    Redescends parmi nous,

    Crache ta mauvaise herbe,

    Je t'implore à genoux !

    Viens fumer ma superbe !

    Viens brouter mon gazon

    Qui n'est point du poison !

    Ose Sainte-Nitouche.

     

    Briac, tel un ciel briochin,

    Postillonne un cinglant crachin

    Pour lui clouer la bouche.

    12347


    26 commentaires