• Sans toi

    Lundi : je suis déjà lassé.

    Mardi : l'angoisse me pénètre.

    Mercredi : je me sens cassé.

    Jeudi : c'est par où le bien-être ?

    Vendredi : je meurs, harassé.

    Samedi : qui m'aide à renaître ?

     

    Et le dimanche, rien ne va,

    Puisque je hais ce qu'il annonce,

    Après une nuit sans java,

    Je sais d'avance sa réponse :

     

    « Demain, lundi : réveil pluvieux.

    Mardi : nouvelles anicroches.

    Mercredi : tu seras plus vieux.

    Jeudi te sonnera les cloches.

    Vendredi ne fera pas mieux.

    Mais, samedi : mains dans les poches ! »

     

    Et puis, dimanche, et cætera...

    Je crains d'avoir le mauvais rôle

    Dans un navet qu'on oubliera ;

    Vivre sans toi n'a rien de drôle !

     

    * * *

     

    Lundi en huit : point de réveil.

    Mardi vingt-et-un : je me taille.

    Mercredi vingt-deux : ô soleil !

    Jeudi vingt-trois : faire ripaille.

    Vendredi vingt-quatre : pareil.

    Samedi vingt-cinq : vive Hendaye !

     

    Pourvu que dimanche vingt-six

    Tu me rejoignes sur la côte,

    Comme écrit dans mon synopsis,

    Ou je m'y noierai, par ta faute !

    10956

    « C'était l'ivresse du bonheurMa Marie-Antoinette »