• Si Garrett...

    Si Garrett arrête,

    S'il prend sa retraite,

    Désintoxiquant

    Son air suffocant,

    Ses matins qui toussent

    Et crachent du gris,

    Ses soirs qu'éclaboussent

    Des brouillards nourris

    Au briquet funeste...

    Fera-t-il ce geste ?

     

    Sa Mady me dit :

    On est samedi...

    Si Garrett arrête,

    S'il prend sa retraite

    De nicotineux,

    Ah ! Le beau miracle !

    Seuls quelques neuneus

    Croient qu'un tel spectacle

    Se tiendra, pardi !

    On verra lundi...

     

    Si Garrett arrête,

    S'il prend sa retraite...

    Mais combien de si

    Faudra-t-il, d'ici

    Qu'il soit raisonnable,

    Combien de lundis ?

    Ce n'est plus tenable !

    Triste paradis...

    Mady s'y consume

    Car elle aussi fume,

    Même sans vriller

    Jusqu'au cendrier.

    12527

    « Complainte estivale d'un fauchéQuand j'étais poète »