• Tu mentiras

    Tu mentiras

    Pour cacher tes blessures,

    Tu masqueras

    Toutes les flétrissures

    Qui te talent le cœur

    À l’ombre d’un bonheur

    Factice ;

     

    Tu souriras

    Aux langues indiscrètes,

    Tu marqueras

    Tes angoisses secrètes

    À l’encre du déni…

    Qu’un mystère infini

    Se tisse !

     

    Tu verdiras

    Tout le noir qui te ronge,

    Tu plaqueras

    Les courbes du mensonge

    De l’or le plus trompeur,

    N’écoutant que ta peur

    Qu’on découvre le pot aux roses :

    Les dessous de tes jours moroses.

     

    Tu souriras

    Pour préserver tes proches,

    Éviter les reproches…

    Tu mentiras.

     10225

    « Un enfantDéjà lundi »