• Ursuline

    Ursuline

    Ursuline

     

     

    Adieu Belle-Île-en-Mer,

    Où l'automne s'implante ;

    Elle est bien morte hier,

    La valse si prenante !

     

    Tu quittes la maison

    Replète de silence,

    Et le vent de Sauzon,

    Tout ronflant, s'en balance.

     

    Ils ont grandi, Renan,

    Gaël et Gwendoline ;

    À ton tour, maintenant,

    De partir, Ursuline !

     

    Toi qui leur as donné

    De quoi mûrir leurs ailes,

    Tu leur as façonné

    Le goût d'aller par elles ;

     

    Comme ils ont réussi

    À dompter des tumultes,

    Ils te disent merci

    Avec leurs voix d'adultes.

     

    Adieu bonheurs joufflus...

    Oui ! L'heure est émouvante :

    Yann, le père, n'est plus,

    La maison est en vente ;

     

    Jette ton tablier,

    Ton plumeau, ta houlette,

    Et cueille au sablier

    Le temps de ta retraite !

     

    Loin de Belle-Île-en-Mer

    T'attend Marie-Galante,

    Ce rêve ô combien cher

    Quand tu fus gouvernante.

    11596

     

     

    [ un clic sur les logos au-dessus du texte pour des précisions quant aux consignes d'écriture ]

    « Tamalou cœur en bouleÇa nous fera sourire »